[Entrepreneuriat – Nos apprenants témoignent] VERAGROW : Alexandre BOCAGE et Théo SAINT MARTIN

Publié le

Tous deux diplômés de CESI École d’ingénieurs, Alexandre Bocage et Théo Saint-Martin ont décidé de mettre à profit leurs compétences et expériences au service d’un projet d’envergure industrielle, mais néanmoins porteur d’un fort sens écologique.

Du projet à la création d’entreprise, il n’y a qu’un pas.

Ainsi est née VerAgrow.

Une startup qui devrait prochainement produire et commercialiser un fertilisant écologique, le biohumus, par le biais de la lombriculture.

Pour Alexandre Bocage et Théo Saint-Martin, écologie et économie ne sont pas antinomiques. Ces deux diplômés ingénieurs CESI sont bien décidés à le prouver avec la création de leur entreprise VerAgrow.

Un concept qui séduit puisqu’ils ont été sélectionnés pour intégrer Normandie Incubation afin de développer et viabiliser leur projet de création d’entreprise. Mieux encore, ils ont été reçus le 21 mai dernier au Ministère de la transition écologique et solidaire pour faire le point – avec le Cabinet d’Emmanuelle Wargon – sur les technologies innovantes en cours de développement par les acteurs du retraitement de déchet et de l’innovation territoriale.

 

L’entreprise VerAgrow

Qui mieux qu’Alexandre Bocage et Théo Saint-Martin pour présenter leur projet.

« Notre projet d’industrialisation du processus de lombricompostage répond au constat suivant : des décennies d’utilisation intensive d’engrais minéraux et de produits phytosanitaires ont entrainé une dégradation de la biodiversité des sols et de ses qualités agronomiques.

Le lombricompostage permet de transformer les déchets organiques (déchets verts, agricoles et alimentaires) en biohumus (ou lombricompost) riche en nutriments. Sur le plan environnemental, le biohumus permet d’améliorer la biodiversité et la qualité du sol et sur le plan économique d’augmenter le rendement et la qualité des cultures. Véritable or vert, le lombricompost est un amendement organique à haute valeur agronomique utilisable sur les exploitations en plein champ, dans les installations des maraîchers ou encore chez les particuliers.

La culture des vers de terre est connue depuis très longtemps mais actuellement elle n’est pratiquée en France que de manière artisanale par la méthode en andains. Le but de notre solution est d’industrialiser le process de lombricompostage notamment par une méthode de culture dite à flux continu.»

VerAgrow proposera donc :

–             la valorisation de déchets organiques , majoritairement des fumiers équin et déchet agroalimentaire

–             la commercialisation du produit fini sous forme de biohumus (solide, liquide, amendé…).

Pour ce faire, Alexandre Bocage et Théo Saint-Martin ont identifié et rencontré 4 cibles potentielles pour ce produit :

–             des jardiniers spécialisés

–             des collectivités

–             des professionnels du bio (maraîchers, agriculteurs bio)

–             des grossistes de la distribution spécialisée (jardineries…)

Ces deux ingénieurs CESI qui se sont connus lors de leur formation sur le Campus de Rouen, ont non seulement les compétences pour se lancer dans un tel projet mais sont aussi extrêmement complémentaires.

Ils n’ont pas fini de faire parler d’eux…

Pour plus d’informations rdv à : www.veragrow.fr